Chargement Évènements

08h15  : Laudes chapelle ND des Douleurs St Frai09h00 : Accueil au calvaire des Bretons
09h45 : Messe à la Grotte : voir le direct ici
11h00  : Passage coeur de Grotte
14h30 : « Voici la demeure de Dieu parmi les hommes » – P. Ivan Brient Salle Saint Jean XXIII
15h30 : Chapelet à la Grotte
16h15 : Photo de groupe diocésaine Esplanade
16h45 : En savoir plus sur les reliques, puis Vénération des reliques de Ste Bernadette, Sainte Bernadette côté Grotte
18h20 : Vêpres chapelle ND des Douleurs St Frai

Photo pèlerinage 2018 – calvaire des bretons

 

« Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix » (Jn 14,27).

Ces paroles de Jésus nous rassurent et nous consolent lorsque nous sommes bouleversés : bouleversés par la maladie, bouleversés par les inquiétudes quant à l’avenir, bouleversés par un deuil récent, bouleversés par toutes sortes d’épreuves. Jésus ne vient pas nous donner la paix à la manière du monde, une paix extérieure et superficielle. Non, Jésus nous apporte une paix profonde, intérieure ; une paix qui se caractérise par une joie discrète mais solide.

Cette paix, Jésus nous l’a donnée quand il nous a envoyé l’Esprit Saint. En effet, lorsque Jésus ressuscité est venu rencontrer les disciples qui se cachaient apeurés dans le cénacle, il leur a donné l’Esprit Saint et ne cessait de leur dire « la paix soit avec vous  » (Jn 20, 19-22).

Prenons conscience aujourd’hui que nous sommes des temple de l’Esprit Saint depuis le jour de notre confirmation. La paix de Dieu habite donc en nous. Encore faut-il avoir l’idée d’aller chercher cette paix au fond de notre coeur. Nous sommes la demeure de Dieu car nous avons reçu l’Esprit qui nous donne la paix.

Avec Marie, demandons aujourd’hui la paix du coeur. Au début de ce pèlerinage, confions-lui nos soucis, nos inquiétudes et nos peurs : elle s’en occupe. Libérons-nous de ces fardeaux durant ce pèlerinage et concentrons-nous sur la paix que Jésus a déposée au fond de notre coeur par son Esprit Saint.

Pèlerinage 2019

Lecture des Actes des Apôtres (14, 19-28)

En ces jours-là, comme Paul et Barnabé se trouvaient à Lystres, des Juifs arrivèrent d’Antioche de Pisidie et d’Iconium ; ils se rallièrent les foules, ils lapidèrent Paul et le traînèrent hors de la ville, pensant qu’il était mort. Mais, quand les disciples firent cercle autour de lui, il se releva et rentra dans la ville. Le lendemain, avec Barnabé, il partit pour Derbé. Ils annoncèrent la Bonne Nouvelle à cette cité et firent bon nombre de disciples. Puis ils retournèrent à Lystres, à Iconium et à Antioche de Pisidie ; ils affermissaient le courage des disciples ; ils les exhortaient à persévérer dans la foi, en disant : « Il nous faut passer par bien des épreuves pour entrer dans le royaume de Dieu. » Ils désignèrent des Anciens pour chacune de leurs Églises et, après avoir prié et jeûné, ils confièrent au Seigneur ces hommes qui avaient mis leur foi en lui. Ils traversèrent la Pisidie et se rendirent en Pamphylie. Après avoir annoncé la Parole aux gens de Pergé, ils descendirent au port d’Attalia, et s’embarquèrent pour Antioche de Syrie, d’où ils étaient partis ; c’est là qu’ils avaient été remis à la grâce de Dieu pour l’oeuvre qu’ils avaient accomplie. Une fois arrivés, ayant réuni l’Église, ils rapportèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux, et comment il avait ouvert aux nations la porte de la foi. Ils passèrent alors un certain temps avec les disciples.

 

Psaume (144 (145), 10-11, 12-13ab, 21)

 

R/ Que tes amis, Seigneur,
annoncent la gloire de ton règne !

Que tes oeuvres, Seigneur, te rendent grâce
et que tes fidèles te bénissent !
Ils diront la gloire de ton règne,
ils parleront de tes exploits.

Ils annonceront aux hommes tes exploits,
la gloire et l’éclat de ton règne :
ton règne, un règne éternel,
ton empire, pour les âges des âges.

Que ma bouche proclame
les louanges du Seigneur !
Son nom très saint, que toute chair le bénisse
toujours et à jamais !

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne. Que votre coeur ne soit pas bouleversé ni effrayé. Vous avez entendu ce que je vous ai dit : Je m’en vais, et je reviens vers vous. Si vous m’aimiez, vous seriez dans la joie puisque je pars vers le Père, car le Père est plus grand que moi. Je vous ai dit ces choses maintenant, avant qu’elles n’arrivent ; ainsi, lorsqu’elles arriveront, vous croirez. Désormais, je ne parlerai plus beaucoup avec vous, car il vient, le prince du monde. Certes, sur moi il n’a aucune prise, mais il faut que le monde sache que j’aime le Père, et que je fais comme le Père me l’a commandé. »

 

Aller en haut