Chargement Évènements

08h15 : Laudes chapelle ND des Douleurs St Frai
10h00 : Messe – Onction des Malades : voir le direct ici
Ste Bernadette grotte
14h45 : Geste de l’eau – Prairie
17h00 : Procession Eucharistique Ste Bernadette grotte
18h20 : Vêpres chapelle ND des Douleurs St Frai

Fontaines – sanctuaire de Lourdes

 

Hier, nous avons cherché à imiter Saint-Yves pour demeurer dans l’amour de Dieu. Aujourd’hui, Jésus nous invite à l’imiter lui-même car il nous dit qu’il faut aimer le prochain non seulement comme nous-mêmes, mais qu’il faut aimer le prochain comme lui, Jésus, a aimé : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés » (Jn 15,12).

Aujourd’hui, nous montons une marche supplémentaire car nous sommes invités à aimer comme Jésus. Cela peut sembler impossible car Jésus a aimé jusqu’au bout. Aimer jusqu’au bout, c’est donner sa vie pour ceux qu’on aime. C’est ce qu’il a fait pour chacun de nous sur la croix. Cet amour de Jésus se manifeste encore aujourd’hui concrètement, notamment à travers les sacrements.

L’Eucharistie est le mémorial de la mort et de la résurrection de Jésus. Par l’Eucharistie, le Christ vivant agit : c’est le sacrement de « l’amour jusqu’au bout » qui nous donne la force de vivre, nous aussi, cet amour « jusqu’au bout ». Le sacrement des malades que certains d’entre nous vont recevoir aujourd’hui est lui aussi une action du Christ vivant. Jésus se rend présent pour accompagner le malade dans son épreuve.
C’est l’amour inconditionnel et sans limite de Jésus qui rejoint la personne dans une proximité que le malade peut parfois percevoir au plus profond de son coeur.

Avec Marie, prions pour toutes les personnes malades qui vont recevoir ce sacrement. Et si nous faisons partie de ceux qui vont vivre ce sacrement, demandons au Seigneur d’ouvrir notre coeur pour pouvoir l’accueillir en toute confiance.

Messe onction des malades – pèlerinage 2018

Lecture des Actes des Apôtres (15,22-31)

En ces jours-là, les Apôtres et les Anciens décidèrent avec toute l’Église de choisir parmi eux des hommes qu’ils enverraient à Antioche avec Paul et Barnabé. C’étaient des hommes qui avaient de l’autorité parmi les frères : Jude, appelé aussi Barsabbas, et Silas. Voici ce qu’ils écrivirent de leur main : « Les Apôtres et les Anciens, vos frères, aux frères issus des nations, qui résident à Antioche, en Syrie et en Cilicie, salut ! Attendu que certains des nôtres, comme nous l’avons appris, sont allés, sans aucun mandat de notre part, tenir des propos qui ont jeté chez vous le trouble et le désarroi, nous avons pris la décision, à l’unanimité, de choisir des hommes que nous envoyons chez vous, avec nos frères bien-aimés Barnabé et Paul, eux qui ont fait don de leur vie pour le nom de notre Seigneur Jésus Christ. Nous vous envoyons donc Jude et Silas, qui vous confirmeront de vive voix ce qui suit : L’Esprit Saint et nous-mêmes avons décidé de ne pas faire peser sur vous d’autres obligations que celles-ci, qui s’imposent : vous abstenir des viandes offertes en sacrifice aux idoles, du sang, des viandes non saignées et des unions illégitimes. Vous agirez bien, si vous vous gardez de tout cela. Bon courage ! » On laissa donc partir les délégués, et ceux-ci descendirent alors à Antioche. Ayant réuni la multitude des disciples, ils remirent la lettre. À sa lecture, tous se réjouirent du réconfort qu’elle apportait.

Psaume (56 (57), 8-9, 10-12)


R/ Je te rendrai grâce parmi les peuples, Seigneur.

Mon coeur est prêt, mon Dieu,
mon coeur est prêt !
Je veux chanter, jouer des hymnes !
Éveille-toi, ma gloire !

Éveillez-vous, harpe, cithare,
que j’éveille l’aurore !
Je te rendrai grâce parmi les peuples, Seigneur,
et jouerai mes hymnes en tous pays.

Ton amour est plus grand que les cieux,
ta vérité, plus haute que les nues.
Dieu, lève-toi sur les cieux :
que ta gloire domine la terre !

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître. Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres. »

Aller en haut